René Beaudoin

Chaleureux et avenant, René décrit de manière humoristique son métier de fondeur de cuillères. Sans nul doute le réparateur itinérant le plus connu de la fin du Régime français car on attendait sa visite annuelle pour faire appel à ses services. La cuillère étant l’ustensile le plus répandu, son savoir-faire était très prisé. Parfois, on pouvait lui demander de réparer des boutons, des crucifix ou des petits jouets. Plus sédentaire, le potier d’étain travaillait dans son atelier et fabriquait des assiettes, des écuelles, des chandeliers, etc.


Liste des activités